La Plagiocéphalie

1 enfant sur 3 de moins d’un an présente une déformation crânienne / plagiocéphalie / tête plate (1)

Depuis la campagne de prévention de la mort subite du nourrisson en 1996, conseillant de faire dormir les enfants sur le dos, on note une augmentation des plagiocéphalies.

Face à ces chiffres, la Haute autorité de santé (HAS) a publié en 2020 des recommandations de traitement et de prévention des déformations crâniennes pour les professionnels.

La tête des bébés est fragile mais surtout malléable.

Le crâne est formé de 6 os qui ne sont pas encore fusionnés. Ils sont liés entre eux par des sutures et des espaces vides appelés « fontanelles ». Cela permet une compression crânienne indispensable au passage de la tête du nouveau-né lors de l’accouchement.

Cette malléabilité laisse parfois s’installer des déformations crâniennes. Une légère déformation de la tête est souvent observée chez les bébés à la naissance. Elle rentre dans l’ordre spontanément en quelques semaines.

Certaines déformations peuvent toutefois s’aggraver ou apparaître dans les premiers mois de vie du bébé.

Les 3 types de déformations crâniennes : Plagiocéphalie, Brachycéphalie et Dolichocéphalie

La plagiocéphalie

Il s’agit de la plus fréquente des déformations chez le nourrisson avec 85% des cas.

Elle se caractérise par un aplatissement asymétrique (droit ou gauche) de l’arrière du crâne. La tête des bébés a la forme d’un « parallélogramme ». Dans les formes avancées, on observe une modification de la face du nouveau-né avec un décalage des oreilles, une modification de la forme du front, une asymétrie au niveau des yeux, de la mâchoire…

On les classe suivant leur degré de déformation : de léger à sévère.

La Brachycéphalie

La Brachycéphalie positionnelle se caractérise par un aplatissement de l’arrière de la tête du bébé comme si la nuque se prolongeait jusqu’au sommet du crâne.

Le crâne perd son arrondi de la partie postérieure, on peut noter aussi un élargissement du haut de la tête et un front avancé.

On la retrouve souvent chez les enfants un peu « costaux » ou moins toniques.

La Dolichocéphalie

La dolichocéphalie positionnelle est caractérisée par un crâne allongé et étroit. Elle est beaucoup plus rare, et présente surtout chez les prématurés et les bébés en siège pendant la grossesse.

Cas Particulier : La craniosténose

Devant une déformation positionnelle du crâne, il est important d’écarter une craniosténose. Il s’agit de la fermeture prématurée d’une ou de plusieurs sutures crâniennes empêchant la bonne évolution du crâne.
La craniosténose est rare (1 enfant sur 2500)

Seuls les examens d’imageries complémentaires permettront le diagnostic.
Sa prise en charge est exclusivement chirurgicale.

Causes et conséquences des déformations crâniennes

Les causes de la plagiocéphalie et déformations crâniennes

Plusieurs situations peuvent créer des « pressions » sur le crâne du bébé et provoquer des déformations crâniennes.

Elles peuvent avoir lieu

  • Pendant la grossesse (contraintes utérine, position du bébé, grossesse multiple…)
  • Lors de l’accouchement (forceps, travail long…)
  • Après la naissance (torticolis ou préférence de rotation de la tête, manque de temps d’éveil sur le dos, matériel de puériculture non adapté, bébé prématuré… )

Les conséquences de la plagiocéphalie ou déformations crâniennes

Conséquences Esthétiques

L’apparence du crâne du bébé se modifie. On note un aplatissement de l’arrière de la tête mais aussi lorsque la plagiocéphalie évolue, un changement de la position des oreilles, du front, et des traits du visage sur un côté.

La plupart des plagiocéphalies se résorbent quasiment complètement vers l’âge de deux ans mais si la déformation progresse et devient sévère, la forme du crâne perdurera à l’âge adulte sans la mise en place d’un traitement adapté (2).

Autres conséquences

Il semble évident qu’une déformation crânienne positionnelle liée à une asymétrie du tonus de l’enfant, peut entrainer des conséquences neuro-psychomotrices et pas seulement esthétiques.

Le sujet est encore peu étudié par la recherche médicale pour avoir des certitudes mais plusieurs hypothèses documentées peuvent être émises. On peut évoquer des conséquences :

  • Neurologiques(3)
  • Cognitives(4)
  • Troubles posturaux , scoliose(5)
  • Auditives(6)
  • Dentaires et Mâchoires(7)

Pour en savoir plus, lisez l’article “Conséquences des plagiocéphalies, Où en sommes nous ?”

Traitement des plagiocéphalies

Si elle n’est pas présente dès la naissance, la déformation du crâne arrive le plus souvent vers l’âge de 2-3 mois.

Le crâne commence à se souder vers 6-9 mois. Avant cet âge les déformations s’emballent donc rapidement.

La HAS insiste, il est capital de travailler rapidement sur les déformations crâniennes dès les premiers signes et même en prévention concernant le quotidien et le matériel de puériculture.(11)

Quand consulter son chiropracteur ?

  • En prévention dès que possible en cas de facteurs de risque (voir articles sur les causes des déformations crâniennes)
  • En prévention vers 4-6 semaines au plus tard, de façon systématique.

On peut estimer, compte tenu de la prévalence importante des déformations crâniennes, que la prévention devrait être faite chez tous les enfants.

Le chiropracteur pourra ainsi détecter et corriger les troubles neuro musculo squelettiques présents chez votre bébé (comme une préférence de rotation de la tête due à un désordre des vertèbres cervicales) qui pourrait favoriser l’apparition d’une plagiocéphalie.

  • Rapidement dès les premiers signes ou même en cas de déformation avancée.

Il n’est jamais trop tard pour consulter. Même si les chances de récupérer l’esthétique de la forme du crâne s’amenuisent avec le temps, il s’agit surtout de traiter ce qui a causé la déformation, afin de limiter les troubles potentiellement associés et assurer un développement optimal à votre enfant.

traitement crânien d'un nourrisson

A retenir – Les signes qui doivent vous faire consulter rapidement

  • un aplatissement de la tête; (plus visible les cheveux mouillés et en observant le dessus du crâne)
  • une limitation des mouvements de son cou,
  • un retard dans son développement moteur;
  • un bombement continu de la fontanelle lorsqu’il est en position assise
  • Une posture spontanée en virgule(8)

La prise en charge pluridisciplinaire, une équipe qui gagne

Les conseils de prise en charge quotidienne de votre bébé sont capitaux : méthode de portage, adaptation du matériel de puériculture, exercices de stimulation de la mobilité(9)

Les consignes seront adaptées à chaque situation par votre chiropracteur et cet aspect est fondamental dans la réussite du traitement.

La chiropraxie peut suffire lorsque la prise en charge est préventive ou précoce (asymétrie posturo-motrice légère).

En cas de plagiocéphalie avérée, l’approche chiropratique est un bon complément de traitement afin d’optimiser la récupération esthétique, de corriger la cause mécanique le cas échéant, mais aussi de limiter les conséquences de l’asymétrie motrice causées par la plagiocéphalie.

Votre chiropracteure prendra aussi des mesures de la déformation afin de suivre l’évolution de la plagiocéphalie de votre enfant et d’évaluer l’efficacité du traitement mis en place.

La kinésithérapie pédiatrique devra souvent être associée au traitement chiropratique en particulier en cas de torticolis.

Lorsque ce trio conseils / chiro / kiné atteint ses limites du fait de la sévérité de la déformation ou de l’âge de l’enfant, une consultation dans le service de neurochirurgie pédiatrique à Lyon sera proposée aux parents.

L’orthèse cranienne, un casque porté en permanence peut alors être utilisé, de préférence dès la fin du premier semestre de l’enfant, afin de corriger l’asymétrie cranienne.

Nous mettons en amont, tout en œuvre pour éviter d’avoir à envisager ce traitement contraignant.

Idéalement, nous conseillons de poursuivre la kinésithérapie et la chiropraxie pendant le port du casque. Nous supposons qu’il est utile d’aider le corps du bébé à gérer son développement malgré le poids supplémentaire du casque sur sa colonne.

On remarque aussi que certaines déformations régressent difficilement ou réapparaissent même après le port d’un casque. Il nous paraît indispensable de ne pas se contenter de réduire l’asymétrie esthétique sans comprendre ce qui l’a causé et d’accompagner l’enfant dans son traitement.

De plus l’étude de Cabrera-Martos, 2016 (la seule sur le sujet) montre que la combinaison thérapie manuelle + kinésithérapie + casque a de meilleurs résultats que le port du casque seul en matière de récupération de l’asymétrie.(10)

L’asymétrie esthétique (la forme du crâne) n’est pas le seul point à corriger.  L’important est de bien traiter ce qui a entraîné la déformation. Votre chiropracteur saura vous accompagner afin d’assurer à votre enfant un développement neuro psycho moteur optimal.

Quelques informations sur le déroulement d’une séance de chiropraxie pédiatrique sur cette page.

(1) Di Rocco F et al. Prevalence and severity of positional plagiocephaly in children and adolescents. Acta Neurochirurgica 2019;161(6):1095-8.

(2) Etude publiée sur l’US National Library of Medecine : LaBrie RA, Scott RM. Analysis of posterior plagiocephaly: deformational versus synostotic. Plastic and Reconstructive Surgery (1999) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/9950521 

(3) Cabrera-Martos I, Valenza MC, Benítez-Feliponi A, Robles-Vizcaíno C, Ruiz-Extremera A, Valenza-Demet G. Clinical profile and evolution of infants with deformational plagiocephaly included in a conservative treatment program. The International Society for Pediatric Neurosurgery (2013) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23644628
Brent R. Collett, Elizabeth H. Aylward, Jessica Berg, Candice Davidoff, Justin Norden, Michael L. Cunningham, Matthew L. Speltz. Brain volume and shape in infants with deformational plagiocephaly. Child’s Nervous System (2012) https://link.springer.com/article/10.1007/s00381-012-1731-y

(4) Robert I. Miller, Sterling K. Clarren. Long-Term Developmental Outcomes in Patients With Deformational Plagiocephaly. Pediatrics (2000)
http://pediatrics.aappublications.org/content/105/2/e26.short
Korpilahti 2012, Wermke 2017, Linz 2018

(5) Cabrera-Martos I et al. Effects of manual therapy on treatment duration and motor development in infants with severe nonsynostotic plagiocephaly: a randomised controlled pilot study. Childs Nerv Syst. 2016 Nov;32(11):2211-7.
Saccucci M, Tettamanti L, Mummolo S, Polimeni A, Festa F, Tecco S. Scoliosis and dental occlusion: a review of the literature. Scoliosis (2011)
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3162939/

(6) Balan P, Kushnerenko E, Sahlin P, Huotilainen M, Näätänen R, Hukki J. Auditory ERPs reveal brain dysfunction in infants with plagiocephaly. Journal of Craniofacial Surgery (2002)
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12140415

(7) St John D, Mulliken JB, Kaban LB, Padwa BL. Anthropometric analysis of mandibular asymmetry in infants with deformational posterior plagiocephaly. The American Association of Oral and Maxillofacial Surgeons (2002)
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12149730

(8) Leung AYF, Mandrusiak A, Watter P, Gavranich J, Johnston LM. Clinical assessment of head orientation profile development and its relationship with positional plagiocephaly in healthy term infants – A prospective study. Early Hum Dev. 2016 May;96:31-38.

(9)  American Academy of Pediatrics, Moon RY. SIDS and other sleep-related infant deaths: evidence base for 2016. Updated recommendations for a safe infant sleeping environment. Pediatrics 2016;138(5).

(10) Cabrera-Martos I et al. Effects of manual therapy on treatment duration and motor development in infants with severe nonsynostotic plagiocephaly: a randomised controlled pilot study. Childs Nerv Syst. 2016 Nov;32(11):2211-7.

(11) HAS 2020 – https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2020-02/reco276_fiche_memo_deformatons_craniennes_min_cd_2020_02_05_v11_fev.pdf